Marchés publics : les bibliothèques pourront acheter directement leurs livres auprès des librairies indépendantes

Marchés publics

C’est une toute petite disposition, passée inaperçue, du très volumineux (189 articles et 73 pages) décret du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics (voir notre article ci-contre du 30 mars 2016). Ce texte, publié juste avant l’échéance d’entrée en vigueur du 1er avril et qui transpose les directives européennes marchés publics et concessions du 25 mars 2014, comporte en effet une disposition qui pourrait, si les collectivités s’en emparent, apporter un bol d’air à la librairie indépendante.

Une disposition « obtenue de haute lutte »

A l’occasion de son déplacement à la grande librairie L’Armitière au cœur de Rouen, le 15 avril, Audrey Azoulay, la ministre de la Culture, s’est donc chargée de promouvoir la mesure. L’article 30 du décret du 25 mars 2016 liste en effet une série – limitée – d’exceptions au principe fondamental de publicité et de mise en concurrence préalable dans les marchés publics. Parmi celles-ci, le 9° de l’article prévoit que cette exception aux règles des marchés publics s’applique « pour les marchés publics de fournitures de livres non scolaires passés par les acheteurs mentionnés aux 1° et 2° de l’article 3 de la loi du 10 août 1981 susvisée [Etat, collectivités territoriales, établissements d’enseignement, de formation professionnelle ou de recherche…, ndlr], pour leurs besoins propres ou pour l’enrichissement des collections des bibliothèques accueillant du public et répondant à un besoin dont la valeur estimée est inférieure à 90.000 euros hors taxe ». Le décret précise également que, « lorsqu’ils font usage de cette faculté, les acheteurs se conforment aux obligations mentionnées au 8° [choix d’une offre pertinente, bonne utilisation des deniers publics et ne pas contracter systématiquement avec le même opérateur s’il en existe plusieurs, ndlr] et tiennent compte de l’impératif de maintien sur le territoire d’un réseau dense de détaillants qui garantit la diversité de la création éditoriale et l’accès du plus grand nombre à cette création ».

Cette disposition, « obtenue de haute lutte » selon Audrey Azoulay, « constitue une avancée qui va contribuer aux objectifs de diversité et de proximité des réseaux de librairies et à la richesse de la production éditoriale, qui sont au cœur de la politique du livre menée par le gouvernement depuis 2012 ». Dans son communiqué, la ministre de la Culture précise que ce seuil de 90.000 euros HT correspond à peu près au volume d’achat d’une bibliothèque de collectivité couvrant un territoire de 70.000 habitants. (Jean-Noël Escudié / PCA)

En savoir +

Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics – Article 30

Publicités

A propos Bibliothécaire21°37 - 55°61

Là bas...si j'y suis !!
Cet article, publié dans Marchés publics, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s